http://www.pour-la-savoie.com/wp-content/uploads/2012/09/LA-SAVOIE-SECRET-DETAT.jpg

Gravure Serge ROUSSEAU
Gravure Serge ROUSSEAU

Yves NICOLLIN, Député français

Assemblée nationale Question écrite N°
Éditeur Open Office 31.6 KB
notifications-depositaires 2010.pdf
Document Adobe Acrobat 37.4 KB
enregistrement ET publication 2010.pdf
Document Adobe Acrobat 53.3 KB
Ratifications adhésions accords ultérieu
Document Adobe Acrobat 259.0 KB
Relevé des traités internationaux 2011.p
Document Adobe Acrobat 286.8 KB
Projet de gestion de la Savoie par Serge Rousseau
Projet Statuts de la Savoie par serge Ro
Document Adobe Acrobat 193.2 KB

NISSA E SAVOIA (La déclaration de Genève)

A lire impérativement, très bonnes infos

LA SAVOIE est elle "juridiquement" Française? : présidentielles ...

14 déc. 2009 ... Au pays de la neige · Le pére Noël · MAGIE de la NEIGE ...
presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com › Blogs Internautes

Population de Savoie entre 1822 et 1999
Population de Savoie et de Ht Savoie en
Document Adobe Acrobat 387.0 KB
Traité entre Etats
19100008.pdf
Document Adobe Acrobat 496.3 KB
Archives Italie - Archives des ministères des Affaires étrangères des États membres ITALIE
Italie.pdf
Document Adobe Acrobat 180.9 KB
restitution à l'italie après notre liber
Document Adobe Acrobat 1.3 MB
Site Officiel de Genève
site officiel de l'Etat de Genève Traité
Image PostScript 173.1 KB
Traité franco-Suisse de 1815
Traité franco-suisse de 1816.html
Document HTML 21.0 KB
Traité franco-Suisse de 1816
Traité franco-suisse de 1816.html
Document HTML 21.0 KB
Traité franco-Suisse de 1862
Traité franco-suisse d 1862.pdf
Document Adobe Acrobat 469.6 KB
Traité franco-Suisse de 1882
Traité frnco-suisse de 1882.pdf
Document Adobe Acrobat 466.2 KB
Traité franco-Suisse des frohtières de 1891
Traité de frontière entre la Suisse et l
Document Adobe Acrobat 155.7 KB
Traités - 1910
Le 04 05 1910 19100008.pdf
Document Adobe Acrobat 496.3 KB
Traité franco-Suisse de conciliation de 1925
Traité de conciliation franco-suisse de
Document Adobe Acrobat 88.3 KB
L'ARRONDISSEMENT TERRITORIAL DE GENÈVE DURANT LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE
L’armistice du 22 juin 1940 coupe la France en deux grandes zones, sans compter des territoires
détachés ou annexés au Nord. La Suisse est directement concernée.
GENEVE~1.pdf
Document Adobe Acrobat 181.7 KB
Traité des frontières franco-Suisse de 1963
Copie deTraité Franco-Suisse sur les fro
Document Adobe Acrobat 463.5 KB
CHRONOLOGIE HISTORIQUE DES COMTES ET DAUPHINS DE VIENNOIS
CHRONOLOGIE HISTORIQUE DES COMTES ET DAU
Éditeur Open Office 40.2 KB
Rattachement de la Savoie vue par un document français
10-04-22Rattachement-Savoie-a-la-www.ely
Document Adobe Acrobat 2.4 MB
SDN et ONU.odt
Éditeur Open Office 25.5 KB
Différence entre Notification et Note verbale
TraitedeBayonne.pdf
Document Adobe Acrobat 90.0 KB
Ratifications adhésions accords ultérieu
Document Adobe Acrobat 259.0 KB
parlement européen et les Traités.pdf
Document Adobe Acrobat 85.8 KB
Notification et Note Verbale.odt
Éditeur Open Office 23.1 KB
Dernier relevé des traités internationau
Document Adobe Acrobat 286.8 KB
COSNARD.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB
11488.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
869.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
1 Jugement S.Rousseau 15 10 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
2 Jugement S.Rousseau 15 10 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 1.7 MB
3 Jugement S.Rousseau 15 10 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB
4 Jugement S.Rousseau 15 10 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB
5 Jugement S.Rousseau 15 10 20120001.pdf
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

http://www.pour-la-savoie.com/wp-content/uploads/2012/09/LA-SAVOIE-SECRET-DETAT.jpg

Accueil / Actualités / Communiqués / 180ème anniversaire du Consiglio di Stato…
180ème anniversaire du Consiglio di Stato d’Italie

Le vice-président s’est rendu en visite à Rome le 31 octobre dernier à l’occasion du 180ème anniversaire du Conseil d’Etat d’Italie. C’est en effet en 1831 que le roi Charles-Albert de Piémont-Sardaigne a fondé le Consiglio di Stato, en s’inspirant assez largement du modèle napoléonien. Cet anniversaire coïncidait avec le 40ème anniversaire de la création des tribunaux administratifs régionaux, mais aussi avec le 150ème anniversaire de la fondation de l’Etat italien puisque c’est en 1861 que Victor-Emmanuel II, fils de Charles-Albert, est devenu le premier roi d’Italie. C’est aussi en 1861 que le Consiglio di Stato piémontais a vu le champ de sa compétence étendu aux limites du nouvel Etat. Le Consiglio di Stato siège à Rome au palais Spada, situé à quelques mètres du palais Farnèse qui abrite lui-même l’ambassade de France.

Les Conseils d’Etat de France et d’Italie sont deux institutions très proches notamment en raison de leur double mission consultative et juridictionnelle. Ils entretiennent une coopération active, ainsi qu’en témoigne la visite effectuée à la fin du mois de septembre dernier à Paris par une délégation de sept de ses membres conduite par son président, M. Pasquale de Lise. Cette visite avait donné lieu à un séminaire de travail conjoint organisé au Palais-Royal dont le contenu avait été particulièrement riche.

Le 180ème anniversaire du Consiglio di Stato a été marqué par une brillante cérémonie organisée au palais du Quirinal qui est le siège de la présidence de la République italienne. Elle a réuni plusieurs centaines de personnalités du monde politique et juridique italien. La seule délégation étrangère conviée à cette cérémonie était précisément celle du Conseil d’Etat de France. Le Consiglio di Stato souhaitant marquer l’étroite parenté entre les deux institutions, le vice-président a été invité à prononcer une allocution qui a immédiatement précédé le discours de clôture du chef de l’Etat italien, M. Giorgio Napolitano. Cette allocution, ayant pour thème l’indépendance des juges, a été prononcée pour partie en italien et pour partie en français. Le texte bilingue peut en être consulté en fichier joint, ainsi que la version française.

Cet anniversaire a donné lieu en outre à la rédaction d’un livre jubilaire intitulé « Il Consiglio di Stato : 180 anni di storia ». Invité à contribuer à la rédaction de cet ouvrage collectif, le vice-président y a publié une étude intitulée « L’avenir de la justice administrative européenne ; regards croisés sur les Conseil d’Etat d’Italie et de France ». Le texte de cette contribution est également consultable.

> lire le texte prononcé

> lire la traduction française intégrale

 

Discour en franco-italien
quirinal_version_prononcee_franco-italie
Document Adobe Acrobat 18.4 KB
Discour en Français
quirinal_version_prononcee_francaise.pdf
Document Adobe Acrobat 17.7 KB
Question prioritaire de constitutionnalité : un nouveau droit pour les justiciables
Avec la QPC, les justiciables peuvent depuis 2010 questionner la conformité d’une disposition législative au regard de la Constitution. Le Conseil d’État s’engage pour la bonne application de ce nouveau droit.

La loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 a introduit un nouvel article 61-1 au sein de la Constitution, qui permet à tout justiciable de critiquer la conformité d’une disposition législative aux droits et libertés garantis par la Constitution à l’occasion d’un procès. Ces dispositions relatives à la Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sont entrées en vigueur le 1er mars 2010. En dix mois de fonctionnement du système, le juge administratif a fait la preuve de son engagement pour la bonne application de ce nouveau droit pour les justiciables.

Un double système de « filtrage »

Le système de la QPC est organisé selon une logique de spécialisation et de coopération entre les juges. Lorsqu’une telle question est soulevée, le Conseil constitutionnel n’est pas directement saisi. Le juge devant lequel le procès se déroule doit procéder à un premier « filtrage » en vérifiant que la disposition législative critiquée est bien applicable au litige, que le Conseil constitutionnel ne l’a pas déjà jugée conforme à la Constitution et qu’elle n’est pas dénuée de tout caractèresérieux. Si ces conditions sont remplies, il transmet la question au juge suprême de l’ordre juridictionnel dont il relève (Conseil d’État pour les juridictions administratives, Cour de cassation pour les juridictions judiciaires). Celui-ci examine en outre si la question est nouvelle ou présente un caractère sérieux. Il s’agit donc d’un second « filtrage », plus strict que le premier. Si tel est le cas, la question doit être renvoyée au Conseil constitutionnel, qui juge si la loi est conforme ou non aux droits et libertés garantis par la Constitution. À charge ensuite, pour le juge à l’origine de la QPC, de tirer les conséquences de cette décision sur le litige dont il est saisi. Cette procédure est rapide : en ce qui concerne le Conseil d’État, le juge dispose de trois mois seulement pour se prononcer sur la QPC.

Les pensions militaires des étrangers en question

L’une des premières QPC dont le Conseil d’État a été saisi portait sur plusieurs dispositions de loi de finances, toutes relatives à la fixation des pensions militaires servies par la France aux étrangers ressortissants de pays anciennement placés sous sa souveraineté, son protectorat ou sa tutelle. Ces dispositions, dont l’application conduisait à ce que certaines des pensions versées aux étrangers concernés étaient moins élevées que celles servies aux pensionnés français, étaient notamment contestées au regard du principe constitutionnel d’égalité. Le Conseil d’État a renvoyé les dispositions contestées au Conseil constitutionnel, à l’exception de l’une d’entre elles qui n’était pas applicable au litige (1).

À la suite de ce renvoi, le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Constitution l’ensemble des dispositions renvoyées par le Conseil d’État, en fixant la prise d’effet de cette déclaration d’inconstitutionnalité au 1er janvier 2011 (2). Ce délai a permis au législateur d’intervenir afin de tirer les conséquences de cette décision, en adoptant l’article 211 de la loi du 29 décembre 2010 portant loi de finances pour 2011, qui réforme les modalités de calcul des pensions de ces anciens combattants.

Sur transmission du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, le Conseil d’État a également été saisi d’une QPC portant sur l’article L.332-16 du code du sport, relatif à la mesure dite « d’interdiction de stade ». Il s’agit d’une mesure prononcée par le préfet à l’encontre de personnes, notamment des supporters, dont le comportement lors de manifestations sportives a été à l’origine de troubles à l’ordre public. Elle a pour effet d’interdire à la personne visée toute présence à l’intérieur ou aux abords des enceintes où de telles manifestations se déroulent ou sont retransmises. Cette mesure peut être assortie d’une obligation de répondre à des convocations au moment des manifestations faisant l’objet de l’interdiction. C’est cet aspect qui était critiqué au regard, notamment, de la liberté individuelle, de la liberté d’aller et venir ainsi que des principes de présomption d’innocence et de nécessité des peines, tous protégés par la Constitution. Dans cette affaire, le Conseil d’État a toutefois décidé de refuser le renvoi au Conseil constitutionnel. Pour ce faire, il a tenu compte de l’objectif de la mesure en cause, à savoir la sauvegarde de l’ordre public, des garanties qui l’accompagnent, notamment les possibilités de recours existant devant le juge administratif, et il a jugé que l’atteinte portée à la liberté d’aller et venir était limitée et proportionnée à l’objectif poursuivi (3).

1. CE, 14 avril 2010, M. et Mme L., n° 336753.
2. CC, 28 mai 2010, décision n° 2010-1 QPC.
3. CE, 13 juillet 2010, M., n° 340302.

 

QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ : DIX MOIS APRÈS

Entre le 1er mars et le 31 décembre 2010, en données nettes, 890 QPC ont été soulevées devant le juge administratif, toutes juridictions administratives confondues. 191 l’ont été directement devant le Conseil d’État et 732 devant les tribunaux administratifs et les cours administratives d’appel. Sur ces dernières, 92 ont fait l’objet d’une transmission au Conseil d’État (taux de transmission de 18 %). Sur les 230 QPC examinées par le Conseil d’État durant cette période, 60 ont donné lieu à un renvoi au Conseil constitutionnel (taux de renvoi de 26 %).

Les principaux domaines sujets à QPC sont la fiscalité (56 % des QPC en première instance, 60 % des QPC en appel), les collectivités territoriales (8,4 % en première instance, 7,9 % en appel), la fonction publique (5,3 % en première instance, 5,8 % en appel) et le droit de la santé publique (3,9 % en première instance, 1,7 % en appel).

> Accéder à la rubrique QPC